IMESA eShop login

Le lavage

Le lavage : une combinaison de trois actions

Quelques rappels de base, pour bien comprendre et optimiser votre lavage :

  • Action mécanique

Certainement l’action la plus importante pour la qualité de lavage, et celle qui est la plus différente d’une laveuse à l’autre. Le linge, imprégné par le bain (eau et détergent), se trouve levé par les aubes du tambour (en général au nombre de 3) lors de la rotation, et retombe par son poids.

C’est ce mouvement qui remplace le "battoir de nos grand-mère", et qui influe énormément  sur la qualité du lavage.
La « hauteur de chute » est déterminante dans la qualité de l’action mécanique, et donc dans la qualité du lavage : plus elle est haute, plus le lavage sera efficace.
On comprend de suite qu'une machine trop chargée n'offrira que de piètres performances de lavage, le linge ne pouvant "bouger" dans le tambour. On considère d’ailleurs souvent que la meilleure efficacité de lavage se trouve avec une charge limitée à 80% de la capacité nominale.

La vitesse optimale de rotation du tambour est calculée en fonction de son diamètre et de la forme de l’aube, afin d’optimiser ce phénomène.

Une vitesse trop importante laisserait le linge plaqué sur le tambour, réduisant à néant l’efficacité de lavage.

A l’inverse, une vitesse trop lente limiterait la hauteur à laquelle le linge monte dans le tambour, au détriment de la qualité de lavage.

Les machines équipées d'un moteur à convertisseur de fréquence et d'un microprocesseur paramétrable permettent d'ajuster la vitesse de rotation du tambour au t/mn près. Il est ainsi possible de prendre soin du linge très fragile, et d'effectuer du "Wet Cleaning" (nettoyage à l'eau de fibres habituellement nettoyé dans un Net à sec).

On considère que le linge doit monter "à 10 heures" pour obtenir la meilleure action mécanique.

 

 

 

 

 

 

Par contre, on limitera cette "hauteur de chute" pour du linge délicat, et on optimisera de même la cadence de brassage (temps de rotation par rapport au temps de pause)

En résumé :
Sans l’action mécanique (en absence de courroie d’entraînement ou d’aubes pour lever le linge, si la vitesse est mal adaptée, le tambour trop chargé, …), pas de lavage correct.

 

  • Action chimique
Caractérisée par les détergents utilisés, l’action chimique est nécessaire, et doit être adaptée.
Le dosage de détergent doit être correct pour obtenir de bons résultats.
Attention : il est nécessaire de tenir compte de la dureté de l’eau, la quantité nécessaire de lessive augmentant avec la dureté de l’eau. Contrairement à certaines affirmations purement publicitaires, le détergent de lavage n’est parfaitement efficace qu’au dessus d’une certaine température, de l’ordre de 40° (une température parfaitement adaptée à toutes les fibres sauf la laine et la soie).
En conséquence, l’utilisation de lessive durant un prélavage à l’eau froide n’a qu’un intérêt limité, tandis qu’un prélavage à l’eau tiède avec détergent est infiniment plus efficace.
A l’inverse, certains détergents deviennent inefficaces au dessus d’une certaine température (c’est souvent le cas pour les lessives liquides au delà de 60/70°)
L’assouplissant liquide est pris à l’occasion du dernier rinçage et n’est donc pas rincé : il reste dans le linge. On comprend donc facilement qu’une lessive dite « avec assouplissant » ne peut procurer la même « douceur » de linge, puisque les rinçages qui suivent le lavage vont grandement « diluer » les effets du produit.

Certains utilisateurs ont des besoins plus spécifiques :

  1. la restauration de haut niveau  (le linge doit véritablement être d’un blanc irréprochable)
  2. milieu hospitalier / maison de retraite (avec du linge souillé, des risques bactériologiques, …)
  3. blanchisserie (activateur de lavage, …)
  4. etc …

Alors que dans le passé certaines machines comportaient un quatrième bac, on utilise désormais plutôt un système de pompe d’injection de produit.

En effet, ces produits doivent être dosés précisément, et utilisés à un moment précis du cycle :  il est  donc préférable "d'extraire" l'utilisateur de cette manipulation.

A noter :

Lorsque le linge sent beaucoup la lessive, ceci témoigne d’un dosage trop important, ou d’une déficience des rinçages.

De même, la présence importante de mousse dans le tambour découle d'un sur-dosage, de l'utilisation d'une lessive inadaptée ou d'un mélange de deux produits incompatibles.

Dans tous ces cas, il importe de conseiller l'utilisateur ou de le diriger vers son fournisseur de produits, pour optimiser ses dosages et ainsi améliorer les résultats de lavage (et réduire sa facture de consommables)

Durée de l’eau : un phénomène très influent

La dureté d’eau est exprimée en degré “F” , et représente la quantité d’ions calcium et magnésium présent dans l’eau.
Une eau « douce » présente une dureté inférieure à 14°F, une eau “moyennement dure » entre 15 et 25°F, une eau dure plus de 26°F.
Parmi les effets d’une eau « dure », on notera une diminution très sensible de l’efficacité des « agents de surface » qui rentrent pour beaucoup dans la conception des produits lessiviels. Il est donc nécessaire d’augmenter les doses de lessive.
A l’inverse, une eau très douce permet de réduire le dosage.

 

  • Action thermique
Le chauffage de l’eau de lavage accentue l’action chimique, qui sans élévation de température serait nulle ou presque.
Les laveuses industrielles sont équipées de deux arrivées d’eau, dont une arrivée d’eau chaude. Cette eau chaude est prise pour la phase de lavage afin de réduire la durée du cycle.
Il importe pourtant, sur certaines taches, de débuter le cycle avec une eau froide (à l’occasion du prélavage notamment), faute de quoi les taches « cuisent » et se fixent quasiment définitivement.
La solution de prise d'eau "mitigée" à l'occasion du lavage permet une optimisation de la consommation et de la qualité de lavage.
Ainsi, sur les programmes à haute température (60 ° et plus), un remplissage à 40° donne de parfaits résultats.
Un prélavage à froid est utile dans le cas de tache soluble en permettant de diluer une part des impuretés.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

imesa.fr alias appro.fr  votre spécialiste buanderie depuis 40 ans, concurrent de electrolux dubix danube girbau primus ipso grandimpianti cocchi covemat adc gmp huebsch miele renzacci silc setricefradue fagor domus whirlpool, fournisseur des marques asko imesa trevil en lave linge, sèche linge, calandre, sécheuse repasseuse, repasseuse, table à repasser, chaudière vapeur, fer